Le sacrement de réconcilliation


Tableau fils prodigue
sacrement de conversion puisqu’il réalise sacramentellement l’appel de Jésus à la conversion (Mc 1, 15), la démarche de revenir au Père (Lc 15, 18) dont on s’est éloigné par le péché.

sacrement de pénitence ou de confession puisqu’il consacre une démarche personnelle et puisque l’aveu, la confession des péchés devant le prêtre est un élément essentiel de ce sacrement.

sacrement du pardon puisque par l’absolution sacramentelle du prêtre, Dieu accorde au pénitent le “pardon et la paix”.

sacrement de réconciliation car il donne au pécheur l’amour de Dieu qui réconcilie : “Laissez-vous réconcilier avec Dieu” (2 Co 5, 20).

Se préparer et se confesser

Confessions en français et en allemand :  Le père Grosstephan confesse régulièrement au sein de l´église St Peter "der Alter Peter" (Rindermarkt 1, 80331 München). Prochaines dates :
  • le 23 décembre 2017 de 16h à 18h
  • le 13 janvier 2018 de 16h à 18h.
Célébrations pénitentielles : Lors des grandes fêtes liturgiques de Noël et Pâques, la paroisse vous propose de vivre le sacrement de la réconciliation lors de 2 célébrations pénitentielles:
  • Le 14 mars 2018, 20h en l´église du cloitre St Anna
Le sacrement de réconciliation est également proposé aux jeunes se préparant à:
  • la première communion. Le "premier pardon" est reçu lors de la retraite à St Ottilien.
  • la profession de Foi
  • la confirmation
Enfin, sur rendez-vous il est possible de recevoir le sacrement de la réconciliation  en contactant le secrétariat de la paroisse.

Méditation du pape François

pape francois
Lors de l’audience générale du 19 février 2014, le Pape François nous livre cette méditation sur le sacrement de la réconciliation:

Chers frères et sœurs, bonjour !
À travers les sacrements de l’initiation chrétienne, le baptême, la confirmation et l’Eucharistie, l’homme reçoit la vie nouvelle dans le Christ. Or, nous le savons tous, nous portons cette vie « dans des vases d’argile » (2 Co 4, 7), nous sommes encore soumis à la tentation, à la souffrance, à la mort et, à cause du péché, nous pouvons même perdre la vie nouvelle. C’est pourquoi le Seigneur Jésus a voulu que l’Église continue son œuvre de salut également à l’égard de ses propres membres, en particulier avec le sacrement de la réconciliation et celui de l’onction des malades, qui peuvent être réunis sous le nom de « sacrements de guérison ». Le sacrement de la réconciliation est un sacrement de guérison. Lorsque je vais me confesser c’est pour me guérir, me guérir l’âme, me guérir le cœur et quelque chose que j’ai fait qui ne va pas bien. L’icône biblique qui les exprime au mieux, dans leur lien profond, est l’épisode du pardon et de la guérison du paralytique, où le Seigneur Jésus se révèle à la fois médecin des âmes et des corps (cf. Mc 2, 1-12 ; Mt 9, 1-8 ; Lc 5, 17-26).
1. Le sacrement de la pénitence et de la réconciliation naît directement du mystère pascal. En effet, le soir même de Pâques, le Seigneur apparut aux disciples, enfermés au Cénacle, et, après leur avoir adressé son salut « Paix à vous ! », il souffla sur eux et dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis » (Jn 20, 21-23). Ce passage nous révèle la dynamique la plus profonde qui est contenue dans ce sacrement. Tout d’abord le fait que le pardon de nos péchés n’est pas quelque chose que nous pouvons nous donner nous-mêmes. Moi, je ne peux pas dire : je me pardonne mes péchés. Le pardon se demande, il se demande à un autre et dans la confession nous demandons le pardon à Jésus. Le pardon n’est pas le fruit de nos efforts, mais c’est un cadeau, c’est un don de l’Esprit saint, qui nous comble de la fontaine de miséricorde et de grâce qui jaillit sans cesse du cœur grand ouvert du Christ crucifié et ressuscité. En second lieu, il nous rappelle que ce n’est que si nous nous laissons réconcilier dans le Seigneur Jésus avec le Père et avec nos frères que nous pouvons être vraiment dans la paix. Et cela, nous l’avons tous ressenti dans le cœur quand nous allons nous confesser, avec un poids sur l’âme, un peu de tristesse ; et quand nous recevons le pardon de Jésus nous sommes en paix, avec cette paix de l’âme si belle que seul Jésus peut donner, seulement Lui.
(...)
« Mais père, j’ai honte... ». La honte aussi est une bonne chose, il est bon d’avoir un peu honte, car avoir honte est salutaire. Quand une personne n’a pas honte, dans mon pays nous disons qu’elle est « sans vergogne » : une « sin verguenza ». Mais la honte aussi fait du bien, parce qu’elle nous rend plus humbles, et le prêtre reçoit avec amour et avec tendresse cette confession et, au nom de Dieu, il pardonne. Également du point de vue humain, pour se libérer, il est bon de parler avec son frère et de dire au prêtre ces choses, qui sont si lourdes dans mon cœur. Et la personne sent qu’elle se libère devant Dieu, avec l’Église, avec son frère. Il ne faut pas avoir peur de la confession ! Quand quelqu’un fait la queue pour se confesser, il ressent toutes ces choses, même la honte, mais ensuite quand la confession se termine, il sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux.
(...)
Chers amis, célébrer le sacrement de la réconciliation signifie être enveloppés par une étreinte chaleureuse : c’est l’étreinte de la miséricorde infinie du Père. Quant à moi je vous dis : chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous embrasse, Dieu fait la fête ! Allons de l’avant sur cette route. Que Dieu vous bénisse !

Retrouvez ce texte en intégralité sur le site http://www.vatican.va/

SOIRÉES PÉNITENTIELLES

Durant le temps de l´Avent:
le 13 décembre 2017, 20h à l´église du cloitre St Anna.

Durant le temps du Carême:
le 14 mars 2018, 20h à l´église du cloitre St Anna.

CONFESSIONS

Prochaines dates des confessions en français et allemand :
- le 23 décembre 2017 de 16h à 18h
- le 13 janvier 2018 de 16h à 18h,

Rendez-vous dans l´église St Peter "der Alter Peter"
(Rindermarkt 1, 80331 München)